page contents

La Poésie et moi

Après mon essai littéraire où la question posée, était de savoir si je pouvais accéder à ce domaine réservé, j’ai tenté une autre approche sur un terrain aussi sinueux et non moins compliqué qui est celui de la poésie. J’ai donc pris mon courage à deux mains et je me suis laissé emporter vers une aventure à la recherche de la rime. En fait, ces deux chemins qui peuvent paraître opposés l’un de l’autre, la prose et la poésie, ne sont qu’une seule voie mais à double sens. Autant l’écriture d’un livre suppose une lecture compréhensible, claire et nette, la composition d’un poème doit être confuse pour intéresser le lecteur. Il ne s’agit point d’inspiration comme le prétendent quelques auteurs, mais simplement de transpiration si on veut se donner la peine d’écrire.

Mon expérience dans ce domaine m’a prouvé que n’importe qui, ayant un minimum d’instruction, peut devenir auteur s’il le désire. En effet, j’étais loin de penser qu’un jour, je croiserais ce chemin si lointain de mon horizon fait de bricolage manuel. Sachant qu’on ne bricole pas dans l’écriture, je n’avais pas d’autres choix que de m’y aventurer. A ma mise à la retraite, mon physique ne voulant plus obéir aux commandes intellectuelles dans l’exécution de mon bricolage favori, je me suis laissé guidé vers cette voie pour ne pas décrocher. Cette route qui est venue vers moi, je l’ai empruntée de bon gré, sachant qu’elle ne présente aucun risque sinon de paraître stupide à défaut d’être applaudi.

Comme tout aventurier, je devais prendre ce risque et aller chercher où se trouvent les racines du brouillard, là où bien des candidats aguerris ont échoué. Je ne dis pas que j’ai réussi dans ce passage, mais cette expérience m’a permis d’avoir une idée sur ce qui est communément appelé : l’inspiration. Il n’y a point d’inspiration, il y a le don et le talent, deux cadeaux que dame nature a bien voulu nous offrir. Le don et le talent étant innés et donc indépendants de notre volonté, on ne peut pas chanter si la voix ne s’y prête pas, bien que les cordes vocales se travaillent et s’améliorent. Par contre, écrire un poème ou jouer d’un instrument musical, c’est exactement pareil que tout autre métier qui s’apprend. Il suffit de s’entraîner et avec de la persévérance, on peut devenir un virtuose de la guitare ou un artiste dans la maçonnerie.

Je ne crois pas que le poète attend que les vers lui tombent du ciel pour nous faire croire qu’il possède un sens que les autres n’ont pas. Un poète, c’est quelqu’un qui se creuse la cervelle en cherchant les mots qu’il faut, qu’il place là où il faut et le tour est joué. Il ne faut pas sortir de Saint-Cyr pour construire un mur, me disait quelqu’un alors que je cherchais un maçon. Je dirais la même chose à ceux qui désireraient se lancer dans ce domaine si redouté de l’écriture. Mon apprentissage sur le Net, aura bouclé ses deux ans le mois d’Août prochain, j’ai la certitude que ce que j’avance est vrai. Cela peut se vérifier à travers cette randonnée que je n’ai pas manquée de rapporter ici même. Qu’une communauté comme la Formation continue ou qu’une plateforme telle la WBE, m’invitent à les rejoindre, moi qui n’ai connu que le primaire, je crois qu’il y a là une réponse à ceux qui en douteraient.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×